Les produits structurés verts : pièce manquante du puzzle de l’allocation verte

17 février 2020

Vert│ Ecologie│Energie renouvelable

Si l’année 2019 a été marquée par une prise de conscience croissante de l’urgence climatique, 2020 sera probablement l’année de la confirmation. Le réchauffement climatique a fait la une des journaux en janvier, de l’impact terrifiant des feux de forêt en Australie à l’inscription, pour la première fois, du réchauffement climatique à l’agenda du Forum économique mondial de Davos.

L’une des conséquences pour le secteur financier est la forte croissance des actifs d’investissement durable, qui atteignaient 30 700 milliards de dollars à la fin de l’année 2018, selon Global Sustainable Investment Alliance. Désormais, la finance verte n’est donc plus un secteur de niche très concentré.

La gamme croissante des instruments disponibles, qui va des produits structurés verts à faible risque émis par les gouvernements à la dette d’infrastructure, en passant par les actions individuelles, représente une autre transformation majeure de ce secteur. Entre les obligations et les actions, une classe d’actifs relativement nouvelle est apparue : les produits structurés verts.

Comment définir un produit structuré vert ?

À bien des égards, un produit structuré vert est similaire à un produit structuré standard. Il s’agit d’un titre de créance émis par une institution financière, dont la performance est liée au rendement d’actifs sous-jacents – indice boursier, panier d’actions ou action individuelle.

La principale différence entre un produit structuré vert et un produit structuré standard concerne l’utilisation du produit de la dette.

Quels sont les sous-jacents ?

Un produit structuré vert peut être structuré, par exemple, sur un panier d’actions bénéficiant d’une solide notation ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance). Pour les investisseurs recherchant un investissement plus diversifié, les produits structurés verts sur indices ESG peuvent offrir une solution intéressante.

Plusieurs fournisseurs d’indices indépendants, tels que MSCI ou Solactive, notent les actions en fonction de critères ESG et proposent des indices diversifiés en fonction des notes obtenues.

Un portefeuille vert efficient

Il existe deux principaux types de produits structurés : les produits de participation et les produits à coupon élevé. Un produit de participation fournit, comme son nom l’indique, une exposition à la performance d’un actif sous-jacent dans un certain nombre de conditions, tout en offrant la plupart du temps une protection minimale contre le risque de baisse. Un produit à coupon élevé se rapproche plus d’une obligation, car il verse un coupon régulier. Il offre potentiellement une certaine protection, mais aucune participation à la hausse.

L’accès aux produits structurés verts permet aux investisseurs de bénéficier d’un plus large éventail de profils de rendement/risque, ce qui les aide à améliorer la performance globale de leur portefeuille en investissant dans des instruments financiers durables. Situées entre les actions et les obligations, les produits structurés verts sont la pièce manquante du puzzle de l’allocation verte. 

17 février 2020

À lire aussi

Vincent Manuel | Indosuez | Podcast

Podcast de Vincent Manuel, CIO, Indosuez

Vincent Manuel | Indosuez | Podcast

Podcast de Vincent Manuel, CIO, Indosuez

Vincent Manuel | Indosuez | Podcast

Podcast de Vincent Manuel, CIO, Indosuez